Blogue des PUQ

Archives pour février 2014

Nouveaux livres numériques aux PUQ

jeudi 20 février 2014

Cet hiver, les Presses de l’Université du Québec poursuivent leur travail d’édition numérique et rendent disponibles de nouveaux titres.

PUQ-NUMÉRIQUE

Le Québec, connais-tu?, une série d’ouvrages numériques (PDF), est conçue pour les enseignants de français, notamment pour les professeurs de français langue seconde ou étrangère du niveau avancé, qui souhaitent familiariser leurs étudiants avec le Québec et son histoire, sa littérature, sa culture ainsi que ses enjeux contemporains. Une première collection offre des panoramas fournissant, par l’entremise de textes courts, clairs et concis, une vue d’ensemble de différents aspects du Québec. Ils s’intitulent Histoire et enjeux sociaux du Québec, Littérature québécoise et Culture québécoise. Une seconde collection comprend des recueils de textes et d’activités axés sur des thèmes qui, sans être exclusifs au Québec, lui sont intimement associés : Le territoire, L’identité, La diversité et La vie privée.

Hypnotic Approaches in Cancer and Palliative Care est un iBook rédigé en anglais seulement et destiné aux professionnels de la santé qui utilisent – ou peuvent décider d’utiliser – l’hypnose clinique dans leurs pratiques professionnelles auprès des patients souffrant du cancer. Permettant un système de consultation flexible et personnalisé favorisant l’apprentissage, ce iBook innovant donne accès à des témoignages de patients ainsi qu’à des commentaires et analyses de deux spécialistes.

Privilégier les éléments de culture commune plutôt que d’accentuer les différences, un choix citoyen

lundi 3 février 2014

Louis Rousseau

Dans le chaos des opinions qui se font entendre autour du projet gouvernemental de Charte, la place occupée par la description des faits observables est minuscule. Les expressions d’opinion sont le plus souvent fortes et la polarisation conséquente leur imprime une forme carrée et très souvent dogmatique. L’effet diviseur s’impose et redistribue toutes les anciennes alliances et oppositions. Plutôt que de garder les yeux rivés sur la chaudière explosive que l’on nous a préparée, il est encore temps d’examiner la nature exacte des défis de coexistence que pose l’immigration récente, et plus particulièrement ceux qui proviennent de la nouvelle diversité religieuse dont on a tendance à faire le démon de l’histoire.

Louis Rousseau, Le Québec après Bouchard-Taylor, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2012, 393 p.C’est précisément ce qu’ont voulu faire les chercheurs du Groupe de recherche interdisciplinaires sur le Montréal ethnoreligieux (GRIMER) en publiant aux PUQ les résultats de leurs longues enquêtes de terrain. Le Québec APRÈS Bouchard-Taylor. Les identités religieuses de l’immigration a voulu sortir du simplisme réducteur en étudiant quatre groupes de Québécois d’arrivée récente et appartenant à des tradition religieuses et des origines ethniques encore peu présentes dans notre société dans la première décennie du siècle. Que pensent-ils de la société qui les accueille? Quelles sont les proximités qu’ils discernent avec les savoir-vivre profonds de la majorité et avec nos institutions? Dans quels domaines font-ils l’expérience des écarts les plus grands?

Les réponses convergentes que nous avons obtenues remettent en cause la majorité des impressions qui circulent actuellement dans l’opinion publique. Les résumer brièvement peut certainement contribuer à éclaircir l’horizon d’une citoyenneté commune en voie de construction, bien au-delà des irritants que l’on se plaît aujourd’hui à monter en épingle1.

Le bonheur de vivre dans une société de droit

Notons tout d’abord le discernement et la valorisation de l’idée générale de « monde réglé », de monde où préside l’ordre de la loi. Quelle que soit leur origine, nos répondants et répondantes retrouvent ici une société de droit qui, en principe, refrène le chaos, l’arbitraire et la violence qu’ils ont souvent connus dans leurs pays d’origine à certains moments de leur histoire qui ont pu motiver la décision d’immigrer. Ce principe d’ordre public est assimilé facilement à la loi universelle où s’insère l’individu en monde hindou ou bouddhiste, par exemple, même si leurs fondements religieux et leurs implications sociales diffèrent de ceux qui régissent les membres de la société d’accueil. À la limite, on pourrait dire qu’ils font plus confiance à nos régimes civils et criminels que ne le font les personnes qui les accueillent.

Souhait de transmettre les mêmes vertus sociales

Les grandes valeurs qui orientent les préceptes moraux sont perçues comme très proches des conseils moraux du catholicisme majoritaire. Lorsque, par exemple, des musulmans énumèrent les valeurs qu’ils souhaitent pouvoir transmettre à leurs enfants – sincérité, justice, fuite de la violence et du mensonge, tolérance, respect, honnêteté, pardon et générosité –, ils savent formuler ainsi une morale où tous peuvent se retrouver, même s’ils l’inscrivent au titre de l’identité profonde de l’islam. Quatre traditions religieuses rejoignent les conseils moraux qu’elles estiment être ceux du christianisme d’ici. Ajoutons qu’ils font également partie du meilleur des héritages humanistes présents dans notre société. Il y a donc convergence profonde sur le plan des règles fondamentales de la vie bonne qui permettent à ces hommes et ces femmes d’arrivée assez récente de contribuer à la revitalisation d’une culture morale commune.

Celle-ci a une visée plus large que la simple adhésion aux principes énoncés dans les chartes canadienne et québécoise des droits puisqu’elle mobilise des familles et des groupes sociaux activement engagés dans la formation des jeunes générations à leurs devoirs moraux, dont la majeure partie porte sur la qualité des rapports avec les autres humains sans distinction d’origine. Nous retrouvons ici ce que Kant dit des religions : elles constituent de fortes matrices  capables de fabriquer de la compétence éthique universelle2.

Une zone d’écart initial : le modèle familial

Mais le modèle d’ordre social qu’apportent ces nouveaux citoyens québécois diffère d’avec celui de la société d’accueil dans une zone capitale où se concentrent tous les regards critiques : les normes qui entourent ce que l’on peut appeler le complexe familial. Heureux de trouver ici une société égalitaire dans ses principes et dans l’expérience des individus, la majorité de nos répondants et répondantes acceptent pourtant mal l’absence de hiérarchie au sein de la famille. Pour elles et eux, la famille québécoise souffre de la confusion des rôles et des statuts. Les enfants ne respectent pas l’autorité des parents qui se voient dépossédés du droit acquis d’interdire. Les femmes ne respectent pas l’autorité du mari3 et il règne la plus grande confusion quant à la différence entre homme et femme. La loi du pays conforte cet état des choses qui, au nom du principe de liberté et d’égalité, détruit, selon beaucoup, la stabilité de la cellule familiale.

Nous avons retrouvé ce jugement présent chez presque tous nos répondants et répondantes qui affirment simultanément goûter intensément la liberté expérimentée dans la société qui les accueille et déplorer ce qu’ils jugent être les excès de cette même liberté. Comme la zone principale du litige est celle des règles gouvernant les rapports au sein de la famille, il est intéressant de remarquer que c’est dans ce domaine que l’Occident a effectué l’essentiel de sa révolution culturelle depuis les années soixante-dix et que c’est aussi là que se situe le plus gros des désaccords de la majorité québécoise avec la morale catholique : conception de la femme, de son rôle et de son droit à l’égalité, morale sexuelle, rejet de l’homosexualité. Le Québec, comme tout l’Occident, a modifié ici des modèles millénaires.

Faire confiance en nos institutions et en la fluidité des différences

Sauf à se considérer comme la seule société capable d’évolution, Le Québec doit accepter le défi de faire société avec des arrivants qui, sur ces questions vives, portent aujourd’hui un regard critique, distinguant entre lois communes à suivre et choix personnels de valeurs et de modes de vie qui les distinguent au sein d’une société qui se veut accueillante pour l’exercice de la liberté des personnes et le non-conformisme. Les coutumes prises en charge par les traditions religieuses sont elles-mêmes soumises au défi de l’adaptation à de nouveaux contextes, par les plus jeunes notamment. Si beaucoup de membres des nouvelles communautés ethnoconfessionnelles, comme d’autres pratiquants appartenant à des traditions locales plus anciennes, logent présentement du côté des tendances morales conservatrices déjà présentes dans le cercle des débats démocratiques, rien ne permet de prévoir qu’il en sera de même avec les générations suivantes. Ici encore la montée d’une appropriation plus personnelle des règles de vie métissées aux croyances religieuses suggère de prévoir un plus grand pluralisme des modèles normatifs à l’avenir. Les enfants d’immigrants montrent des traits socioculturels en accord avec l’environnement. Les jeunes changent d’ailleurs rapidement, par exemple, dans un vaste ensemble de pays musulmans de référence qui va de l’Iran au Maroc4 (Roy, 2011). Les nouvelles générations sont pluralistes, sans doute parce qu’elles sont plus éduquées et plus individualistes. Cela n’évoque-t-il pas ici la révolution culturelle enclenchée par la Révolution tranquille au Québec même?

Formulées au terme de travaux de recherches et d’analyse menées dans la grande région montréalaise entre 2004 et 2010, ces conclusions sont de nature à rassurer. Tous les éléments fondamentaux pour assurer la construction d’une culture civique commune au cours des années qui viennent sont présents au sein de l’immigration québécoise récente. La recherche sur le terrain n’appuie en aucune façon l’agitation politicienne actuelle. Le Québec change, certes. Il n’a jamais cessé de le faire. Tissé par la dynamique qui préside depuis toujours aux rapports entre les groupes qui échangent des traits de leurs consciences ethniques dans une recomposition interculturelle féconde, le Québec sans cesse ancien et nouveau peut continuer à se bâtir comme une enviable maison commune.

Louis Rousseau a été professeur au Département de sciences des religions de l’Université du Québec à Montréal de 1969 à 2010. Spécialiste de l’histoire religieuse du Québec, il a publié Entretiens avec Louis Rousseau. Religion et modernité au Québec (1994) et L’atlas historique des pratiques religieuses (1998). Il travaille présentement sur les questions reliées à l’insertion d’un pluralisme socioculturel nouveau dans un Québec civique et inclusif.

 


1 Le texte qui suit s’inspire de la conclusion du livre, tout spécialement des pages 375 à 377.

2 Kant, Emmanuel. La religion dans les limites de la simple raison (1793), Paris, Vrin, 1965.

3 Certaines femmes immigrantes contestent ce rapport d’autorité et il se développe un féminisme musulman en milieu réformiste, comme il existe ici un féminisme catholique, protestant et juif qui exige l’application du principe d’égalité promu par les chartes au sein de leurs propres institutions religieuses et de leurs familles. Nul besoin de l’ajout d’une charte de la laïcité de l’État à cet égard.

4 Roy, Olivier (2011). « Révolution post-islamiste », Le Monde. 13 février.