Blogue des PUQ

L’usage de drogues et les conduites violentes chez les jeunes

Marlène Falardeau

La constance des « faits divers » dans les médias

Depuis plusieurs décennies, les médias nous transmettent régulièrement des informations à propos d’événements violents entre jeunes et d’arrestations en lien avec les drogues illicites. Par exemple, récemment, un amoureux déçu, dans la jeune vingtaine, a été accusé de tentative de meurtre sur un adolescent; un autre a été accusé de s’être livré à des voies de fait sur sa victime; puis des enquêteurs de la section des stupéfiants et des policiers d’un groupe tactique d’intervention ont procédé à des arrestations chez des individus qui ont été accusés de possession de drogues dans le but d’en faire le trafic. Diverses drogues illicites (par ex., cocaïne, cannabis, héroïne, GHB et méthamphétamines) ont été retrouvées au domicile où s’effectuaient les transactions. Il n’est pas rare que, lors de ces frappes policières, des accusations soient également portées pour possession d’armes prohibées (La Presse, 2014).

Usage ou trafic de stupéfiants, gestes violents ou menaçants, conduite d’un véhicule motorisé dans un état d’intoxication élevée ou ou autres actes de nature délictuelle constituent des sujets d’actualité. Semaine après semaine, les médias rapportent invariablement la triste nouvelle d’un crime violent, une problématique en lien avec les drogues illicites ou, parfois, des stratégies à mettre en place pour remédier aux problèmes de drogue et de criminalité ou encore pour les prévenir.

Changer : concevable ou utopique?

Livre Dans les tripes de la violence et de la drogue

Marlène Falardeau est l’auteure du livre Dans les tripes de la violence et de la drogue, en librairie le 30 avril 2014.

Peu importe les stratégies utilisées (du moins, celles connues actuellement), il faut parfois se rendre à l’évidence : le changement attendu ne se produit pas. L’auteur du délit ne semble pas réaliser que sa conduite fait des victimes ou, pire encore, il se réjouit des conséquences de ses gestes déviants. Que comprendre? S’agit-il d’un problème de santé mentale, voire d’un trouble d’ordre psychiatrique qui n’a pu être traité? L’individu souffre-t-il d’un problème relationnel profond ou présente-t-il un soi si fragile que seules des interventions variées et à long terme pourraient éventuellement donner des résultats tangibles? Ou encore la personne démontre-t-elle une faible motivation à changer et elle ne répond pas bien aux approches motivationnelles? L’être humain doit continuer sa quête de compréhension de certains mystères…

Mais, dans certaines situations, le changement survient. Il est possible à tout âge, mais il vaut mieux agir le plus rapidement possible. Les recherches montrent qu’environ 70% des délinquants juvéniles visiteront les prisons à l’âge adulte et que la majorité cesseront leurs activités criminelles vers 40 ans (Ouimet, 2009). Comme on dit : il est souvent plus facile de ne pas commencer une habitude que d’essayer de l’arrêter. Il faut investir dans la prévention.

L’importance d’agir à l’adolescence

L’adolescence est une période à risque pour les conduites déviantes. Les bouleversements profonds qui se produisent sur le plan corporel (par ex., les formes du corps changent, l’augmentation de la sécrétion de certaines hormones stimule la sexualité), psychosocial (par ex., la définition de soi, l’acquisition de l’autonomie, la formation de liens d’intimité) et cognitif (par ex., le développement de l’idéalisme et de l’égocentrisme, la découverte du sens de la justice et de la liberté) durant cette période cruciale (Stillion, McDowell et May, 1989) font en sorte que le jeune se sent étranger à lui-même. Il a l’impression qu’il perd le contrôle de son corps, de ce qu’il est et de ce qu’il devient. Cette impression inconfortable de vulnérabilité en amène certains à tenter de la contrer; ils cherchent alors à se sentir invulnérables. Ils sont attirés vers la prise de risques. Certains s’investissent dans des sports extrêmes ou font des excès de vitesse au volant, d’autres expérimentent des drogues ou commettent des délits ou des crimes violents.

Il est faux de prétendre qu’après la période de l’enfance, le jeune n’a plus besoin d’encadrement de la part d’adultes. Ses besoins sont aussi grands, mais d’un autre ordre. Il est nécessaire de créer un lien de confiance avec l’adolescent et de savoir maintenir ce lien. Pour ce faire, au moins un adulte significatif doit établir une communication efficace avec lui, partager des activités stimulantes à l’intérieur desquelles le jeune pourra, entre autres, expérimenter de la nouveauté, découvrir ses forces sans les utiliser pour abaisser les autres, accepter ses limites sans se dénigrer, comprendre son environnement de façon réaliste et éviter les pièges de la banalisation ou de la dramatisation.

Est-ce que l’accompagnement d’un jeune par un adulte capable de maturité et de grandeur d’âme peut l’orienter vers des comportements adaptés et prosociaux? L’expérience le démontre. Le défi, c’est de trouver autant de ces adultes qu’il y a de jeunes.

Bibliographie

La Presse (2014). <http://lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers>, 20 et 31 mars.

Ouimet, M. (2009). Facteurs criminogènes et théories de la délinquance, Québec, Presses de l’Université Laval.

Stillion, J.M., E.E. McDowell et J.H. May (1989). Suicide Across the Life Span, New York, Hemisphere Publishing Corporation.

 

Marlène Falardeau est titulaire d’un baccalauréat en sciences de la santé (ergothérapie) ainsi que d’une maîtrise et d’un doctorat en éducation. Elle a aussi réalisé des études postdoctorales en criminologie. Elle a travaillé, pendant plus de vingt ans, dans divers milieux éducatifs, de santé et de recherche comme praticienne, consultante, gestionnaire, chargée d’enseignement ou chercheure. Au moment de l’écriture de ce livre, elle était professeure au Département d’ergothérapie de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Elle est actuellement travailleuse autonome.

Mots-clés : , ,

3 commentaires sur “L’usage de drogues et les conduites violentes chez les jeunes”

  1. Vanessa dit :

    Les adulte matures sont peu nombreux par rapport aux adolescents. Mais je ne pense pas que la solution soit dans l’accompagnement des adolescents par un adulte mature. Elle remonterait plus loin, dans la petite enfance. En effet, notre enfance est la période clé pour apprendre toutes les valeurs dont on aura besoin dans l’avenir. Si les enfants deviennent des délinquants, c’est que les parents ont négligé, ou bien ont été trop strictes avec l’éducation de leurs enfants.

  2. Marlène dit :

    Vanessa,
    Je te remercie pour ton commentaire. Effectivement, l’enfance est une période importante pour l’acquisition de valeurs et le développement du soi. S’il y a eu négligence ou autres difficultés lors de l’enfance, le jeune peut être mieux accompagné à l’adolescence, voire à l’âge adulte, et parvenir à trouver sa confiance en lui. Il n’est jamais trop tard, à mon avis, pour accéder à un mieux-être. Il y a aussi les enfants qui sont bien guidés lors de l’enfance et qui, à l’adolescence, en raison de certaines influences (hormonales, sociales, etc.) commencent à adopter des comportements déviants. Bref, il y a plusieurs possibilités et celles-ci sont tributaires de nombreux facteurs, par exemple la résilience de la personne ou encore le degré de soutien social qu’elle reçoit. Quoi qu’il en soit, être guidé par un adulte significatif (père, mère, tante, grand-père, membre d’une Association ou autre) qui est équilibré et qui démontre une certaine sagesse favorise une meilleure qualité de vie.

  3. Jacques Hébert dit :

    Bonjour Marlène,
    Félicitations pour ce livre qui semble fort intéressant.
    Salutations cordiales,

    Jacques Hébert, professeur
    École de travail social
    UQÀM