Le partenariat en coopération internationale

Paradoxe ou compromis?

Le partenariat en coopération internationale Feuilleter cet ouvrage

Résumé

Riche d’une expérience de dix ans dans le secteur de la coopération internationale, l’auteure explique qu’au-delà d’une dimension rhétorique, il existe bel et bien une nouvelle manière de faire de la coopération entre les acteurs des organisations de coopération internationale (OCI) du Nord et leurs contreparties du Sud, les organisations non gouvernementales (ONG).

Elle constate que les acteurs du Nord et du Sud construisent de véritables partenariats en adoptant des mécanismes d’arbitrage du pouvoir. En effet, ceux du Nord mettent au profit de leurs partenaires du Sud un savoir-faire et des ressources financières essentielles aux programmes de développement. Les acteurs du Sud, quant à eux, offrent à ceux du Nord une relation privilégiée avec les populations cibles, une connaissance du contexte et surtout un savoir-faire lié à une perspective de développement issue des populations elles-mêmes. Ainsi, les acteurs du Sud, stigmatisés par la domination, ont des pouvoirs importants à partager avec leurs contreparties du Nord, dites dominantes. En effet, les acteurs du Sud confèrent aux acteurs du Nord une certaine légitimité et leur assurent une importante source de pouvoir essentielle pour justifier leur raison d’être vis-à-vis leurs membres, leurs donateurs et leurs bailleurs de fonds.

La thèse dont est tiré cet ouvrage a obtenu le Prix de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) récompensant la meilleure thèse de 2007.

2009, 300 pages, G2359, ISBN 978-2-7605-2359-3

Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec (Québec) Canada G1V 2M2
Tél. : (418) 657-4399   Téléc. : (418) 657-2096   puq@puq.ca

©2017 - Tous droits réservés
Réalisation : iXmédia

×

Collaborateurs

×

Envoyer à un ami

Envoi du courriel...

Votre courriel a été envoyé avec succès !

Une erreur est survenue, essaie un peu plus tard !