Quand l'amour et l'État rendent aveugle

Le mythe du mariage automatique

Quand l'amour et l'État rendent aveugle

Comment expliquer que plus du tiers des personnes vivant en couple au Québec soient en union libre, ce qui représente la plus importante proportion de conjoints de fait au Canada, mais aussi au monde ? Paradoxalement, comment justifier que le Québec soit la seule province canadienne n’ayant procédé à aucun encadrement légal de l’union libre ?

Cet essai vise à éclairer, d’un point de vue sociologique, l’augmentation des unions conjugales en marge du droit en présentant la position des couples. Les transformations récentes dans les relations économiques entre conjoints ont mis à l’avant-scène l’idéal de l’amour, l’autonomie et l’égalité de chacun dans la vie à deux. Or, le droit convie, au contraire, les conjoints à l’anticipation d’une éventuelle rupture et à la froide rationalité du contrat comme instrument de protection.

Ce contexte particulier, doublé des messages contradictoires du législateur, ont contribué à l’émergence du mythe du mariage automatique, soit la croyance, très répandue dans la population, qu’après quelques années de vie commune ou la naissance d’un enfant, l’État assimile les conjoints de fait aux couples mariés. Présent aussi au-delà des frontières du Québec, ce mythe témoigne plus fondamentalement de l’écart normatif qui s’est immiscé dans les années récentes entre les normes conjugales contemporaines et celles qu’édictent le droit.

2011, 174 pages, G3309, ISBN 978-2-7605-3309-7

Ce qu’on en dit...

Choix de la rédaction dans la catégorie essai, Le Libraire, février-mars 2012

Entrevue avec Hélène Belleau, Émission « L'après-midi porte conseil », animée par Dominique Poirier, Première Chaîne Radio-Canada, 29 février 2012
Piste audio intégrale

"Hélène Belleau est sociologue et professeure à l?Institut national de la recherche scientifique (INRS) et elle s?intéresse aux transformations de la conjugalité, aux rapports de genre, à l?usage social de l?argent ainsi qu?à l?évolution des relations entre la famille et le droit.

Partant du fait qu?un peu plus du tiers des personnes vivant en couple au Québec sont en union libre, et que c?est la plus importante proportion des conjoints de fait au Canada et au monde, Madame Belleau tente d?expliquer ce phénomène. Son essai veut éclairer, d?un point de vue sociologique, l?augmentation des unions conjugales en marge du droit en présentant le point de vue des couples.

Mme Belleau nous fait un historique et une mise en contexte et nous parle de la fin du mariage comme institution pérenne, universelle et publique. Elle défait le mythe du mariage automatique et aborde plusieurs autres sujets directement reliés au mariage. C?est un document très pertinent en cette époque où le mariage n?est pas la seule institution qui est remise en question." de Claire Lévesque, Journal Le Sans-Papier et journal Le Collectif

« L'auteure se garde de prendre position. [...] Une lecture à recommander à quiconque s'intéresse non seulement au droit de la famille et à ses répercussions sociales, mais aussi aux relations amoureuses et à leur évolution. »

- Me Guy Lefrançois, Les Cahiers de lecture de L'Action nationale, volume vii, numéro 2, Printemps 2013

  • 22,00 $ Format papier
  • 15,99 $ Format ePub
  • 15,99 $ Format PDF
  • Pour acheter le livre en format numérique
  • Bouquinarium
  • Bouquinarium
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec (Québec) Canada G1V 2M2
Tél. : (418) 657-4399   Téléc. : (418) 657-2096   puq@puq.ca

©2010 - Tous droits réservés
Réalisation : iXmédia

×

Collaborateurs

×

Envoyer à un ami

Envoi du courriel...

Votre courriel a été envoyé avec succès !

Une erreur est survenue, essaie un peu plus tard !