Pratiques et enjeux du détournement dans le discours littéraire des XXe et XXIe siècles

(«Tout peut servir»)

Pratiques et enjeux du détournement dans le discours littéraire des XX<sup>e</sup> et XXI<sup>e</sup> siècles

Le détournement : ce geste d’appropriation, entre citation, plagiat et pastiche, peut être irrévérencieux, outrancier, vorace ou subversif; le résultat, lui, sera tour à tour comique ou inquiétant, mais – à condition d’être remarqué – toujours désorientant.

Qu’il désigne un rapt, une reprise frauduleuse, une atteinte au bon goût ou un acte terroriste, le détournement s’inscrit dans l'histoire de plusieurs avant-gardes. Si c’est aux abords de 1960 que s’accroît l’intérêt pour ses formes et ses représentations, au moment où les situationnistes l’établissent en tant qu’opération stratégique et l’ouvrent résolument à sa dimension sociopolitique, l’histoire du détournement est plus ancienne et il reste aujourd’hui difficile de nier son importance dans de nombreuses interventions littéraires modernes et contemporaines.

L’étude du phénomène, investie par les historiens de l’art, a pourtant été quelque peu délaissée par la critique littéraire. Et si la pratique du détournement touche plusieurs littératures et convoque autant de disciplines, puisque par nature elle trouble et transgresse les frontières, son importance dans le domaine français aux XXe et XXe siècles demeure trop peu explorée – jusqu’ici du moins. Au fil des contributions rassemblées dans ce livre, le lecteur verra se dessiner l’histoire et l’évolution de cette pratique, de Dada à l’extrême contemporain, à travers une multiplicité de figures, certaines déjà fort connues (Tzara, Breton, Éluard, Péret, Cocteau, Michaux, Perec, Debord, Deguy), d’autres encore beaucoup moins (Cadiot, Alferi, Novarina, Bouchard, Game, Moussempès et Boyer).

2011, 188 pages, G3215, ISBN 978-2-7605-3215-1

Ce qu’on en dit...

« Par sa généralité même, le détournement se nourrit de toutes sortes de techniques qui ne lui sont pas spécifiques. Est-il donc simple intentio auctoris ? Ou joue-t-il un rôle effectif dans certaines productions textuelles. Plutôt que d?affronter ces questions sur le plan théorique, qui sans doute aurait conduit à une impasse, le collectif dirigé par deux spécialistes de la littérature française contemporaine a préféré explorer quelques réalisations concrètes où s?observent des manières de faire évoquant (plus ou moins) les conceptions situationnistes. »

Histoires littéraires, numéro 52 (octobre-novembre-décembre 2012) 

  • 24,00 $ Format papier
  • 17,99 $ Format ePub
  • 17,99 $ Format PDF
  • Pour acheter le livre en format numérique
  • Bouquinarium
  • Bouquinarium
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec (Québec) Canada G1V 2M2
Tél. : (418) 657-4399   Téléc. : (418) 657-2096   puq@puq.ca

©2010 - Tous droits réservés
Réalisation : iXmédia

×

Collaborateurs

Benjamin Andréo

Jan Baetens

Audrey Camus

Alain Farah

Alison James

Hugues Marchal

Maxime Morel

Edith Risterucci-Lajarige

John C. Stout

Alexandre Trudel

×

Envoyer à un ami

Envoi du courriel...

Votre courriel a été envoyé avec succès !

Une erreur est survenue, essaie un peu plus tard !