Archives pour mars 2010

Salon international du livre de Québec

mercredi 31 mars 2010

La semaine prochaine, du 7 au 11 avril, se tiendra le Salon international du livre de Québec, auquel nous serons bien sûr présent. Venez nous visiter en grand nombre au stand 91. Ne manquez surtout pas les séances de signatures de nos auteures :

Pour enfin retourner le pouvoir de l’éducation aux mains des parents et des enseignants

lundi 15 mars 2010

De Pierre Demers

Le système scolaire québécois est maintenu sous le joug d’un ministère qui se dit d’éducation mais qui, dans les faits, ne réussit qu’à faire durer une domination qui existe depuis trop longtemps. L’asservissement est total. Depuis longtemps, les enseignants et les parents sont incapables d’exercer quelque contrôle que ce soit sur l’« éducation » de nos jeunes. L’aliénation s’est achevée dès le moment où tout le monde engagé dans ce projet social a perdu la capacité d’imaginer le développement de ces potentiels humains autrement que par une scolarisation de masse.

La confusion dans les termes, qui sert de fondement à tout ce qui suit, est aussi entière. On adapte le sens des mots aux circonstances du moment. On utilise certains termes comme s’ils étaient interchangeables. Par exemple, la scolarisation n’est pas l’instruction ni la socialisation, qui ne veut pas dire l’éducation, qui se situe très loin de toute qualification spécifique. Ces termes – scolarisation, instruction, socialisation, qualification et éducation – sont autant de conceptions différentes de notre action auprès des jeunes. Il est temps de choisir soigneusement notre cible pour cesser de limiter l’expérience scolaire possible. Apprendre s’est asséché, littéralement parlant, de toute quête de sens. Disons-le franchement : la scolarisation et l’instruction de masse ne fonctionnent pas ! Qu’attendons-nous ? Quelle proportion d’élèves décrochés est requise pour apporter les changements nécessaires ? Devrions-nous aussi tenir des statistiques sur ceux et celles qui décrochent dans leur tête ?

Il est grand temps qu’on éduque les parents et les enseignants au fait que l’avenir se joue dans la formation de chaque personne. Il ne s’agit pas de former les êtres humains dans le sens d’accumuler des savoirs à retenir bêtement mais plutôt selon une vision de leur propre développement humain. Le principal défi de la Vie ne consiste pas à se former pour participer à la chaîne de production et consommation, devenue le carcan moderne par excellence. Il réside plutôt dans la pleine réalisation de son potentiel humain qui, parfois, passe par des connaissances formelles.< br/>
Un ministère de l’éducation, du loisir et du sport aussi centralisé qu’au Québec est incapable, même dans ses plus beaux efforts, de considérer le simple fait que chaque jeune qui fréquente nos écoles est différent des autres. Cette prise en compte exigerait des approches personnalisées qui ne peuvent pas être mises de l’avant dans la stratégie de masse courante qui impose les grands groupes, le moule unique et une pédagogie de la bonne réponse qui écrase toute possibilité d’erreur, un moteur majeur dans tout apprentissage.

Le MELS ferait mieux de concentrer ses efforts pour soutenir les enseignants qui travaillent souvent dans des conditions horribles et les parents qui luttent désespérément pour que leurs enfants aient droit à une « éducation » qui respecte leur intégrité et leur authenticité humaine. La fuite en avant de cette grosse machine bureaucratique nous a déjà assez fait souffrir.

Parents et enseignants, unissez-vous autour du projet passionnant de proposer à nos jeunes un cheminement, qui au début viendra de l’extérieur, pour leur indiquer la voie vers leurs propres potentialités. Ensuite, accompagnez-les dans leur démarche personnelle et intime qui les amène à développer leur plein potentiel. Aucun ministère de la scolarisation de masse n’arrivera à accomplir ceci, surtout dans le mépris dont il fait preuve envers vous depuis longtemps. Nous réussirons à élever la conscience humaine de nos jeunes si nous les éduquons. Pour ce faire, il faut d’abord comprendre ce que le mot « éduquer » veut dire.

Pour approfondir votre réflexion, nous vous suggérons la lecture de :
Élever la conscience humaine par l’éducation
de Pierre Demers  (2008)

Félicitations à Louis Jolin

mercredi 10 mars 2010

Louis Jolin, auteur de Un autre tourisme est-il possible ? et du livre Le droit du tourisme au Québec, a reçu le Prix Hommage lors de la 6e édition du Gala des Grands Prix de la relève touristique, qui avait lieu le 25 février dernier, à Québec. Toutes nos félicitations!

Source : http://www.esg.uqam.ca/nouvelles/detailsNouvelle.php?id=1505

Communication et droit à l’information vs niqab et burqa

lundi 8 mars 2010

De Claude Jean Devirieux  

Bien que la Charte canadienne des droits et libertés garantisse la liberté de religion (article 2a), de croyance et d’expression (article 2b) et interdise la discrimination (article 15-1), elle garantit également la sécurité de la personne (article 7). Mais l’article 1 précise que ces droits et libertés peuvent être restreints par une règle de droit si « la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société démocratique ».

Or, l’article 351(2) du Code criminel canadien est formel : « Est coupable d’un acte criminel […] quiconque dans l’intention de commettre un acte criminel, a la figure couverte d’un masque ou enduite de couleur […] ».

Or, on ne peut être sûr ni du sexe des personnes portant le niqab ou la burqa (des hommes rasés de près et ayant enduit leur visage de fond de teint se sont déjà faits passer pour des femmes)  ni de leurs intentions puisqu’on ne peut distinguer les traits et les expressions faciales. Sans parler des attentats commis dans les pays arabes au cours des décennies passées, un hold up a été commis récemment en Europe par des hommes portant la burqa.

En cachant le visage, le port du niqab ou de la burqa interdit toute communication (cf. Pour une communication efficace, pages 21, 39 et suivantes). Bien que n’étant pas mentionné dans la législation fédérale mais étant garanti par l’article 44  de la Charte québécoise des droits et liberté et de plus en plus reconnu par les tribunaux (cf. Manifeste pour le droit à l’information, pages 17 à 27 et 146 à 150), le droit du public à l’information sur autrui est violé.

Pour ces deux raisons, pour ne pas parler de la simple interaction dans une société démocratique normale, la sécurité à la fois psychologique et physique du public est menacée. Donc, en vertu des articles 1 et 7 de la Charte canadienne des droits et libertés et de l’article 351(2) du Code criminel, le port du niqab ou de la burqa est illégal.

mercredi 3 mars 2010

L’univers du livre numérique est en pleine ébullition. Les Presses sont depuis 2005 à l’avant-garde des développements dans ce domaine et nous suivons de près les activités qui y sont reliées. Nous ferons donc périodiquement un petit compte-rendu dans ces pages sur l’actualité du livre numérique. Suivez-nous.

Les 4 et 5 février dernier, nous participions à un colloque organisé par l’Université du Québec sur l’utilisation des contenus numériques réunissant plus de soixante-dix personnes. Les professeurs, chargés de cours et professionnels du réseau de l’Université du Québec y ont partagé leurs idées, leurs trouvailles et leurs contacts. Plusieurs pistes d’action ont été énoncées au terme de la rencontre et des projets entourant l’utilisation des contenus numériques devraient voir le jour d’ici quelques mois. Visitez le site Internet du colloque pour de plus amples informations : http://www.uquebec.ca/ptc/contenusnumeriques/.

Par ailleurs, vendredi dernier, se tenait à Québec un événement réunissant des éditeurs, des auteurs, des libraires, des chercheurs universitaires et j’en passe. Un brassage d’idées, l’occasion pour plusieurs de découvrir ou d’apprivoiser le monde du livre numérique. Bref, un événement atypique qu’il faudra refaire. Pour suivre les idées échangées durant cette journée et plus encore : http://contemporain.info/wpmu/fabrique2010/.

Chile’s and Haiti’s Earthquakes Impact on Urban Growth

lundi 1 mars 2010

De Luc-Normand Tellier

Will the long-run growth of Port-au-Prince, Haiti, and Santiago, Chile, be affected by the major recent earthquakes?

Throughout urban world history, wars, volcano eruptions, atom bombs, fires and earthquakes have destroyed cities. Pompeii did not survive the eruption of the Vesuvius volcano in AD 79, and Saint-Pierre, Martinique, did not really recover from the eruption of Mount Pelé in 1902.

But, Chicago came out stronger than ever from the Great Fire of 1871. Some economists have even attempted to demonstrate that, fifty years after received atomic bombs, Hiroshima and Nagasaki were probably as developed economically as if there had been no bombing. In fact, most of the time, world urban development trends are stronger than catastrophes.

Pour approfondir votre réflexion, nous vous suggérons la lecture de :
Urban World History : An Economic and Geographical Perspective de Luc-Normand Tellier (2009)